Un défi majeur est à relever à l’échelle de l’océan Indien : l’égalité numérique, selon la présidente de l’Union des Chambres de commerce et d’industrie de l’océan Indien (UCCIOI), Isabelle Chevreuil. L’économie dite numérique est aujourd’hui au cœur de la croissance et de la compétitivité des nations et des entreprises à l’échelle planétaire. Ne disposant pas du poids nécessaire pour atteindre leurs ambitions de développement, les acteurs écono- miques de l’océan Indien se sont ainsi donné rendez-vous à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo depuis hier, pour se concerter afin de trouver le moyen de promouvoir l’économie de la région par le numérique.

Égalité numérique


Placé sous le thème de « L’économie numérique au service du développement de l’océan Indien », ce forum avait pour objectif de mettre en avant les opportunités offertes par le numérique; étant donné que l’économie « se doit de s’approprier pleinement ces technologies, afin de devenir plus agile, plus innovant et créant de nouvelles richesses», expliquait Isabelle Chevreuil. Le développement de l’économie repose aussi sur un cadre et une stratégie, avec une nécessité absolue de « désenclavement de nos atouts en améliorant toutes les connectivités », d’après le secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, Jean-Claude de l’Estrac. Mais, atteindre cette ambition de développement relève surtout d’une décision politique. « Il revient à nos acteurs publics et privés de prendre conscience de nos atouts, de s’inspirer de modèles existants et de les adapter afin de concevoir une stratégie qui nous est propre », afin de relever le défi majeur qui est l’égalité numérique de la région océan Indien, poursuit la présidente de l’UCCIOI.


« Le numérique est un axe commun qui ne se limite pas seulement à une question d’équipement ou de matériel », réitère Gil Razafintsalama, président de l’Ecole supérieure des technologies de l’Information. « Car qui dit développement économique, dit développement de toute la population concernée », ajoute-t-il. L’amélioration de la productivité agricole, l’amélioration de la qualité et de l’accès au soin dans certaines zones en­clavées peuvent être développées à travers le numérique.